Pourquoi il faut défendre Louis-Ferdinand Céline

Il faut défendre Louis-Ferdinand Céline parce qu’il est en première ligne dans la tentative de se débarrasser du phénomène littéraire. Esquiver le « cas Céline » équivaudrait, à terme, à esquiver la littérature.

Céline a toujours fait débat, pour la manière avec laquelle il a bousculé la langue française, et davantage encore pour ses prises de positions quasi-criminelles, son antisémitisme forcené. A l’occasion de l’anniversaire de sa mort, le débat refait surface. L’association des Fils et filles de déportés juifs de France (FFDJF) s’agace, ou plutôt, le mot étant à la mode, s’indigne que la République puisse célébrer un écrivain aux prises de position intolérables.

Voici donc l’un des plus grands écrivains français ne correspondant strictement pas aux critères nécessaires pour devenir un « grand écrivain célébré » (Victor Hugo, de ce point de vue, est son opposé, lui qui a tout fait pour être célébré sans arrière-pensées pendant les siècles des siècles). Bien sûr, Céline n’est pas le seul de nos auteurs à ne pas être moralement irréprochable (par exemple, Voltaire, qui avait des penchants antisémites) ; mais chez lui, la tache criminelle est telle qu’il sera peut-être la première victime d’une entreprise de liquidation de l’esprit même de la littérature, si elle a lieu (tout semble l’indiquer).

« La littérature dérange. » Pléonasme.

Car tout écrit qui ne dérange pas, dans ses fondements si possible, l’ordre établi, ne mérite pas l’appellation de littérature. De ce point de vue, Céline est exemplaire ; en plein règne de « l’Empire du Bien », comme l’a baptisé Philippe Muray, voici que l’on rappelle l’existence d’un génie qui s’est trempé dans le crime jusqu’au cou ; évaluer ses rapports avec l’idéologie ambiante, c’est regarder à la loupe les rapports qu’entretient cette idéologie avec la littérature, ni plus ni moins. Voilà pourquoi l’éternel procès de Céline est à suivre avec la plus grande attention – si tant est que l’on  s’intéresse vraiment à la littérature, c’est-à-dire que l’on accepte de voir la réalité dans tout ce qu’elle a, nécessairement, d’ambivalent.

Ces considérations sont parfaitement et longuement étudiées dans le Céline de Muray, indispensable, en particulier dans la Préface de 2000.

Il faut défendre Céline car toute remarque, toute limite qu’on lui oppose, toute volonté plus ou moins consciente d’amoindrir, voire de refuser son œuvre parce que l’homme a eu une attitude moralement indéfendable, sont les signes de la montée d’un nouveau totalitarisme. Le totalitarisme se caractérise toujours par son goût de la pureté, la rectitude, l’intransigeance, l’intolérance, l’hypocrisie extrême, le grand attachement à des évidences qu’il n’est plus besoin de démontrer, mais qu’on redémontre en permanence, par crainte que l’une des unités ne se mette à avoir envie de sortir du rang.

Dire que l’attitude de Céline est indéfendable est une évidence : mais aujourd’hui, le blabla se concentre sur cette tâche : se battre pour des évidences. On ne pourrait pas imaginer une meilleure définition de l’esprit anti-littéraire, et même anti-artistique. Est artistique ou littéraire ce qui cherche à mettre en valeur des subtilités, à souligner les plus fins des paradoxes, à être sensible aux moindres changements de tons, à faire ressortir des jeux de puissances cachés ; tout cela, bien entendu, par-delà bien et mal. C’est l’enfer qui est pavé de bonnes intentions ; le grand art n’a pas d’autres intentions que celle de glorifier le goût de la nuance, tout en mettant l’homme en face de sa situation de mortel. On peut aimer profondément et précisément l’existence, à la condition d’avoir constamment en tête que l’on va mourir, en portant un regard lucide sur les catastrophes en cours ; voilà le paradoxe que résout l’existence une grande œuvre.

Le totalitarisme anti-littérature progresse

La conclusion est simple : une culture qui ne tolèrerait plus le phénomène « Louis-Ferdinand Céline » serait une culture totalitaire, qu’on le veuille ou non ; c’est-à-dire une société anti-littéraire, qui se définirait en premier lieu par sa lutte acharnée contre le littéraire, en tant que pourvoyeur et metteur en scène des contradictions, des échecs et des succès, du courage et de la lâcheté, des agitations heureuses ou malheureuses qui constituent le tissu de nos vies. L’ambiguïté, tout simplement, dans laquelle est plongé n’importe quel être humain lorsqu’il naît, et dont il ne sortira jamais, malgré les imprécations et indignations de tous les moralistes plats, ou, comme les appelait Nietzsche, les « reproches vivants ».

Reproches vivants, nouveaux curés d’une société qui se veut irréprochable pour de bon, et qui pour cela va faire porter la responsabilité du mal à tous ceux qui l’ont analysé à fond, ou ont envie de le faire, ou nous permettent de le faire, comme c’est le cas pour Céline. Ainsi, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, se permet de dire de lui, dans une formule dérangeante par sa trivialité, que c’est « un excellent écrivain mais un parfait salaud ». Serge Klarsfeld, président du FFDJF, à l’initiative de la demande de retrait (qui a finalement réussi),  estime de son côté que Céline a été « entre guillemets le plus antisémite de tous les Français de l’époque ». Insulter un mort, ça fait toujours du bien, surtout s’il a fauté ; et surtout si dix lignes de lui écrabouillent de classe et de subtilité tous les écrits cumulés de la plupart des politicards et autres présidents d’associations.

Et que dire de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, qui explique que ce n’est « qu’après mûre réflexion » qu’il a décidé de suivre l’avis de l’association ? Est-ce après « mûre réflexion » qu’il avait remis en cause le statut dictatorial du régime Ben Ali en Tunisie, alors que les révoltes y ont fait plusieurs dizaines de morts ?

Le crime écrit, d’une certaine manière, est plus durement condamné que les autres. Peut-être que la réputation de Céline aurait été meilleure s’il avait exprimé sa rage comme la plupart des antisémites, c’est-à-dire en haïssant sourdement, en torturant discrètement, en exterminant sous le manteau. Il a écrit tout ça, il le paiera longtemps ; en ça, il estimait avoir « manqué d’égoïsme ».

Vive l’obscurantisme béat et béni-oui-oui de demain ! Longue vie à l’optimisme mortifère, l’optimisme béat qui est si souvent le prélude à de nouveaux massacres ! Et mort à la condition humaine !

Crédit photo : Père Ubu / Flickr

Plus de coups de gueule sur la page principale de Retour d’actu.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos coups de gueule and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

10 Responses to Pourquoi il faut défendre Louis-Ferdinand Céline

  1. Richard says:

    Je suis scandalisé, comme vous, par cette affaire. Je pense qu’il faut réagir, envoie de Mail à FM le couard.

    • Ernst Calafol says:

      Oui, pourquoi pas !? Espérons qu’il aurait le temps de le lire… On peut craindre aussi que FM ne soit qu’un des rouages de la grande machine du politiquement correct.

    • Ernst Calafol says:

      Merci pour votre « bravo » ! L’expression « reproches vivants » de Nietzsche est en effet magnifique.

      Après, l’antisémitisme de Céline était peut-être hors des sentiers battus, il n’en demeure pas moins abject (et à l’époque, cela pouvait être bien vu d’être antisémite). Cela dit, on peut craindre qu’une fois le cas Céline réglé par nos moraux, ils s’attaqueront aux autres dans leur obsession d’hygiénisme moral…

  2. Adrien M. says:

    Encore un article Célinien : http://encoreunefois.net/2011/01/26/celine-voyage-au-bout-du-diktat-bien-pensant/ Mais c’est vrai que lepetitcelinien est pas mal, j’y ai même découvert retourdactu !!

  3. Costa says:

    Tout à fait d’accord, aujourd’hui, il faut se battre pour des évidences… ce contre quoi Céline au fond se battait. Pas étonnant qu’il soit si décrié… Et pour continuer la réflexion sur Céline : http://encoreunefois.net/2011/02/11/celine-et-la-reprobation-generale-2/
    Merci pour l’article en tout cas

  4. Pingback: Cachez ces femmes nues que nous ne saurions voir |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

47621 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress