Démocratie : la grande illusion

Les politiques de bords opposés semblent vraiment ennemis, lorsqu’ils débattent. Mais bien souvent, dans le quotidien, la réalité est tout autre… La démocratie serait-elle de l’ordre de l’illusion ?

La vidéo a fait jaser ces derniers jours ; celle où l’on voit Jean-Luc Mélenchon, député européen et chef de file du Front de gauche, discuter le bout de gras avec deux de ses pires ennemis mais néanmoins collègues : Marine Le Pen, qui se situe à l’opposé du paysage politique, et Rachida Dati, sarkozyste pure et dure. C’est beau de voir que la politique, si elle ne rassemble plus les Français (voir le taux d’abstention aux dernières cantonales), créé au moins des liens entre ceux qui la font. Ironique aussi de voir qu’un Mélenchon, si prompt à dégommer les journalistes pour leurs relations ambiguës avec les politiques, pratique les liaisons dangereuses avec tant de naturel.

Il ne s’agit pourtant pas de dire que les médias soient blancs comme neige dans cette affaire ; certains d’entre eux scénarisent la vie politique comme une série de duels, d’oppositions, alors qu’en réalité, la haine entre les différents camps semble toute relative. Exemple : en juin 2010, on pouvait lire dans Le Figaro : Entre Sarkozy et Bayrou, le dégel se confirme. Mais y a-t-il déjà eu un gel, entre eux ? Entre un centriste de droite et un droiteux rassembleur en 2007 ? Il est surtout limpide que Bayrou, voyant ses chances en 2012 se réduire comme peau de chagrin, a décidé de se rapprocher de Sarkozy, l’homme de pouvoir, pour en avoir un peu plus. De son côté, Sarkozy est bien conscient que se rapprocher de Bayrou lui permettrait de gratter quelques voix, lui qui en aura tant besoin en cas de second tour, face à un centre-gauche uni.

Entre différents camps, s’il le faut, on aplanit les différends…

Agressifs… sur les plateaux télé

Pourtant, et encore une fois certains journalistes sont complices, on continue de nous montrer le dessus des cartes. Dégel entre Sarkozy et Bayrou ? Alors qu’il est acquis que Sarko et Bayrou appartiennent à la même classe, ont des oppositions idéologiques à géométrie variable (la preuve), fréquentent les mêmes lieux depuis des années… Ils s’affrontent médiatiquement, mais il y a fort à parier que lorsqu’ils se croisent dans un couloir, l’agressivité est loin (pourtant, les mots qu’utilisent Bayrou dans son pamphlet anti-sarkozyste, Abus de pouvoir, laisseraient présager du contraire), comme on l’a vu avec l’exemple ci-dessus de Mélenchon et Le Pen.

Ce qui les rapproche par-dessus tout, Sarko et Bayrou, c’est peut-être leur obsession commune : la présidence de la République. Des atomes crochus qui rapprochent. Tous solidaires quand il s’agit d’accéder au pouvoir !

A ce titre, parler de « gel » ou de « dégel » entre deux hommes politiques est pour le moins ambigu, et peut-être mensonger. Cela laisse croire qu’il y a ou non des affinités entre les personnes et leurs convictions. En réalité, la plupart des « liens » qui se créent dans le monde politique sont fonction de la configuration des pouvoirs sur l’échiquier.

La Secret story de Martine

Ce goût du machiavélisme qui n’ose pas dire publiquement son nom, peinturluré en surface de nobles ambitions, peut aussi rappeler une brève du Canard enchaîné de septembre 2009, intitulée « Secret Story », dans laquelle Aubry se plaignait de fuites dans la presse sur une réunion qui devait rester confidentielle. Selon l’hebdomadaire satirique, Aubry n’avait pas caché sa colère. « Je ne veux rien dans la presse. Rien, vous m’entendez ! C’est tous des connards. Si on veut avoir une chance de s’en sortir, il faut garder le secret absolu sur notre rencontre et l’organisation de la consultation des militants. »

Ce goût de la dissimulation n’a aucun sens, quand on sait que la plupart des Français, aimantés par leur vie quotidienne, se moque comme d’une cerise des ambitions plus ou moins avouées de tel ou tel politicien. Pourtant, le manège continue. Mais chut ! Que nos secrets de Polichinelle ne s’ébruitent pas !

N’en parlons pas trop fort car les électeurs pourraient s’en rendre compte. Racontons-leur des histoires, qu’ils y croient tout à fait ou non, peu importe ; le temps qu’ils digèrent et analysent celles-ci, ça les occupe assez pour que leur réaction reste inexistante. Exemple d’histoire, de roman, de bobard : « Sarkozy-Bayrou : le dégel. » Bonne lecture, la suite à l’approche des prochaines élections.

Dire des salades au peuple, c’est vieux comme le monde…

Cet embellissement de la réalité, dans les journaux, les livres-confessions, les entretiens au « 20 heures », on l’appelle aujourd’hui le story-telling ; expression assez ridicule. Car à notre époque, on croit découvrir une nouvelle chose en inventant un nouveau mot pour la désigner, surtout s’il est en anglais. Mais le « story-telling » est vieux comme le monde.

L’allégorie de la caverne de Platon est suffisamment précise et précieuse sur ce point (livre VII de La République). Selon celle-ci, la majorité de la population passe son existence pieds et poings liés, dans une caverne, les yeux rivés sur des jeux d’ombre, au mur. Car leurs tyrans disposent d’un feu et font passer entre celui-ci et les parois de la caverne des objets, de manière à captiver l’attention des sujets. Ceux-ci, distraits par ces formes mouvantes, ne réalisent donc pas qu’ils sont prisonniers. Le philosophe est celui qui va accompagner l’esclave à progressivement se libérer de ses chaînes et sortir de la caverne, au dehors, où il aura tout loisir de contempler le monde des idées.

On peut bien sûr discuter sur la réelle teneur de ce « monde des idées ». Quoiqu’il en soit, le « dégel » des relations entre Sarkozy et Bayrou fait penser à l’une de ces ombres portées, l’un de ces signes des temps apparemment superficiels, mais mettant à nu, en creux, la grande illusion démocratique. Suivez le roman qui a cours, c’est bien, voyez le film, mais ne vous mettez pas à trop analyser.

On peut toujours se consoler d’une chose : derrière le grand feu du mensonge, les années de présidentielles, comme 2012, permettent au moins de réchauffer les cœurs entre ceux qu’on croyait être des « ennemis jurés ».

Crédit photo : Parti socialiste / Flickr

D’autres coups de gueule sur Retour d’actu.

Dont un article sur les politiques qui insultent la presse, un autre sur l’abstention, les phrases effarantes de la sarkozie, celui-ci sur l’hypocrisie entre ministres à la lumière de l’affaire MAM, une tribune du sociologue Alain Touraine, le point de vue du psychanalyste allemand Wilhelm Reich sur la manipulation des masses, la polyvalence des ministres qui rime peut-être avec incompétence.

Ce titre, aujourd’hui,  dans Le Figaro : Entre Sarkozy et Bayrou, le dégel se confirme. Mais y a-t-il déjà eu un gel, entre eux ? Il est surtout limpide que Bayrou, voyant ses forces diminuer et ses chances à la présidentielle de 2012 comme de plus en plus ténues, a décidé de se rapprocher de Sarkozy, l’homme de pouvoir, pour en avoir un peu plus. De son côté, Sarkozy est bien conscient que se rapprocher de Bayrou lui permettrait de gratter quelques voix, lui qui en aura tant besoin au second tour, face à un centre-gauche uni.

Pourtant, et certains journalistes en sont complices, on continue de nous raconter le dessus des cartes. Dégel entre Sarkozy et Bayrou ? Alors qu’il est tout  à fait envisageable que depuis l’élection de Sarkozy, Bayrou et lui appartiennent à la même classe, dînent à peu près aux mêmes endroits, fréquentent les mêmes lieux.

Ca peut rappeler une brève du Canard enchaîné de septembre 2009, que voici :

Secret story

« On arrête tout ! Je m’en vais !  » Réunie avec ses fidèles, le 28 août dans la cuisine du pavillon de François Lamy à Palaiseau, la maire de Lille a fait une grosse colère. Motif : la rencontre devait rester secrète, or « Le Canard » avait cherché à s’informer en contactant plusieurs convives. La première secrétaire l’a appris et aussitôt tempêté : « Je ne veux rien dans la presse. Rien, vous m’entendez ! C’est tous des connards. Si on veut avoir une chance de s’en sortir, il faut garder le secret absolu sur notre rencontre et l’organisation de la consultation des militants. »

On appelle aujourd’hui cet embellissement de la réalité, le story-telling ; expression ridicule. Souvent aujourd’hui, on croit avoir découvert une nouvelle chose parce qu’on a inventé un nouveau mot – c’est un des penchants juvéniles de notre époque, dans sa hâte, que de croire réinventer et réargumenter tout ce qu’on sait déjà ; la science arrive souvent à des conclusions que le bon sens paysan tenait déjà pour acquis. Le « story-telling » est vieux comme le monde.

L’allégorie de la caverne de Platon est suffisamment précise sur ce point. Selon celle-ci, la majorité de la population passe son existence pieds et poings liés, dans une caverne, les yeux rivés sur des jeux d’ombre, au mur. Car leurs tyrans sont derrière un feu, et font passer entre celui ci et le mur des objets, de manière à captiver l’attention des sujets. Le philosophe est celui qui va accompagner l’esclave à progressivement quitter ses chaînes et sortir de la caverne, sortir dehors où il aura loisir d’observer le monde des idées.

Aubry galère depuis son arrivée à la tête du PS pour asseoir son autorité, et pour être appréciée des militants. Son unique ambition, bien évidemment, comme tout politicard, est d’être candidate à la Grande Election pour bander un peu sous le plus fameux bureau de France.

Cet espèce de goût pour la machination, pour les messes basses, pour les rencontres secrètes, quelle pantalonnade. Alors que chaque journaliste est au courant, et que les Français, aimantés par leur vie quotidienne, se moquent comme d’une cerise de savoir si tel ou tel ambitieux complote dans son coin… Les Français s’en foutent, mais prenons toutes les précautions possibles pour qu’ils ne soient pas au courant.

J’imagine qu’ils se sentent davantage puissants en faisant semblant de se cacher. Comme en cours préparatoire : on réunit quelques copains pour lâcher un ragot, et on croit alors faire partie des « initiés ». Jeux d’influence, jeux de pouvoir, jeux de troupeau.

Ils se croient au centre de tout ces politicards, mais oeuvrent peu, sinon pour satisfaire une sorte de défi personnel, obsessionnel, pathétique. Ils ne sont qu’au centre de leur ambition vampirique. Tout juste si, au moment des élections, la masse des citoyens commence à se demander laquelle des affiches il préfère, et encore, vaguement, d’un mouvement d’humeur la plupart du temps. Celui qui passe le mieux à la télé l’emporte.

Pourtant le manège continue. Le consommateur croit être citoyen avec son droit de vote qu’il use avec parcimonie, le politicien simule la grandeur d’âme alors qu’il est obsédé par son futur poste. Mais chut ! Ne pas le dire car les Français pourraient s’en rendre compte. De toute éternité, les agissements humains baignent dans le ridicule.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos points de vue and tagged , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Démocratie : la grande illusion

  1. Le monde des partisans says:

    La blague.
    Donc cette vidéo est sensée illustrer les relations incestueuses entre les politiques des différents partis… Bien sûr qu’ils en rajoutent face caméra mais ce n’est pas pour autant qu’ils doivent s’étriper en coulisse. C’est (théoriquement) une bataille d’idées et non de personnes. On peut ne pas être d’accord avec quelqu’un sans pour autant avoir envie de lui décrocher un gnon dans le coin de la figure à la première occasion. C’est tout simplement ce qu’on appelle de la diplomatie, certes teintée d’hypocrisie, mais tout de même. Au boulot, au sport, au supermarché, on croise tous les jours quelqu’un que l’on n’apprécie pas et on lui serre la paluche en demandant des nouvelles de son chien avant de s’en aller prestement. M’enfin

    • Je comprends ton point de vue. On pourrait se limiter à ce que tu dis si les politiques étaient moins critiquables dans leur manière de vivre leurs mandats, si le mélange des genres n’était pas aussi avéré, et s’ils se calmaient un peu dans leur communication publique où c’est un peu la surenchère en termes de déclarations. Le fait que Mélenchon soit concerné, Mélenchon, le professionnel des « dérapages contrôlés », c’est quand même très drôle et significatif. Venant d’un Chirac par exemple, c’est moins étonnant, on le sait « sympathique »avec tout le monde. Mais Mélenchon, franchement… Bien sûr que c’est très humain, que ça nous arrive, mais nous ne sommes pas élus, et perso, non seulement je n’insiste jamais et fait le moins semblant possible avec les gens que j’apprécie moins, mais je crois que je ferais encore plus attention si j’étais élu, et encore plus attention si j’étais officiellement l’ennemi total de la droite.

      Après, je n’accuse pas seulement les politiques dans le papier, mais les « médias » en général (c’est-à-dire, aussi, et il faudrait toujours le rappeler quand on attaque les « médias », les consommateurs d’infos, donc presque tout le monde), aussi, qui nous habituent à concevoir les choses en termes de clans, duels, etc., alors que la réalité est plus subtile. On romance le tout et ça aussi c’est très humain.

      Après, tu as raison, il faut se méfier de ces raccourcis qui peuvent mener au poujadisme, etc. Tout est une question d’équilibre. Mais Mélenchon déconnant avec Dati, pardon, mais même dans mes rêves les plus fous, je ne l’imaginais pas. Il y a là-dedans un phénomène beaucoup plus général de disparition de liens concrets entre administrés et ministres. Tout se fait de manière médiatisée.

  2. kev says:

    « tous les jours quelqu’un que l’on n’apprécie pas et on lui serre la paluche en demandant des nouvelles de son chien avant de s’en aller prestement. »

    Ba écoute c’est ton option de vie. Pour ma part c’est pas la peine d’y penser.
    L’hypocrisie moyen. Et si on continue à jouer à ce jeu de faut semblant on avancera jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

42 268 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>