La Tour sombre au cinéma : pitié, pas ça !

La Tour Sombre article de Retour d'actuFaut-il vraiment adapter La Tour sombre, immense saga de Stephen King, au cinéma ? Eh bien non, mille fois non…

Certains bouquins semblent n’attendre qu’une chose : qu’on les adapte au cinéma. Prenez la série des James Bond de Fleming par exemple… Quoiqu’on pense de 007 et de ses multiples interprètes -de Sean Connery à Daniel Craig- ça a quand même vachement de gueule sur grand écran. Normal, puisque l’agent secret de sa Majesté est passé maître dans l’art du flingage à tout va, des bastons qui en jettent et des courses en bagnole, en moto ou en hélicoptère.

Mais pour d’autres bouquins, même dans la catégorie « action aventure », le débat est loin d’être aussi évident. C’est le cas de la Tour Sombre de Stephen King, dont l’adaptation cinématographique a très récemment été remise sur les rails par les studios Warner Bros. On voit d’ici bondir certains fan du maître incontestable du suspens et de l’horreur… De quoi ? Vous critiquez ? Mais la Tour Sombre au ciné, on n’attend que ça !

La quête du Pistolero : évidemment tentant au cinéma…

Bon, à bien des égards, il faudrait leur donner raison. Cette fresque épique -en sept tomes, bientôt huit, qui totalisent plus de 4000 pages- semble à première vue clairement taillée pour le format ciné… et d’abord grâce à son scénario. Quelques précisions à ce sujet à l’attention de ceux qui ne le connaîtraient pas mais qui lisent tout de même cet article : Roland Deschain, énigmatique as de la gâchette (Gunslinger ou Pistolero pour King) est en quête de la Tour Sombre, centre de tous les mondes et de tous les univers. Sa mission : empêcher que ce lieu de pouvoir ultime tombe entre des mains mal intentionnées, en particulier celles du magicien Walter O’Dimm et du dangereux (et fou à lier) Roi Cramoisi.

Tel le Frodon du Seigneur des Anneaux, sa quête tourne vite à l’obsession (et au calvaire). Et à l’instar du personnage de Tolkien, il reçoit rapidement de l’aide : Eddy Dean, junky repenti, Suzanna Holmes, militante noire, et Jake Chambers, jeune garçon qui devient rapidement « fils adoptif ». Une communauté de l’anneau rebaptisée Ka-tet. Le tout fondu dans l’inimitable style de King bien sûr. Mais l’idée est la même : un héros, son but ultime, ses acolytes aux caractères tranchés, et ses opposants qui veulent sans trop de surprise plonger le monde dans le chaos. Déjà de quoi chiader un sacré bon film grand spectacle…

Sans compter que le King s’amuse à bondir d’un monde à l’autre : Roland poursuit son ennemi juré au plus profond du désert (Oui oui, rappelez-vous la mythique première phrase : « L’homme en noir fuyait dans le désert et le Pistolero le suivait ») avant d’affronter une horde de mutants au cœur de la montagne. Survivant d’un « monde-qui-fut » qui rappelle la féodalité en bon nombre de points, le flingueur taciturne explore une terre post-apocalyptique visiblement ravagée par une guerre nucléaire. Par la magie des « portes », il passe ensuite à plusieurs reprises dans le New-York de notre monde, à différentes époques. Sans oublier son combat à Meijis ou à Calla Brun Sturgys, qui rappellent le Mexique et le Texas des westerns à la Sergio Leone, la course-poursuite à Lud, ville technologique fantomatique, ou la mortelle partie de devinettes à bord d’un train diabolique… Bref, plus de changement de décors que dans Star Wars : il y aurait de quoi s’amuser !

« Jupiter du système solaire » de l’imagination de King

Et pourtant, nous persistons et nous signons : faire de cette saga littéraire un film serait certainement une mémorable connerie et une atteinte à Sai King (que ceux qui ne comprennent pas l’expression lisent son livre). Car l’auteur de Carrie, de Shining, de Ça et du Fléau -autant de romans à lire d’urgence quoiqu’en disent certains profs de français trop conformistes- n’a pas seulement fabriqué une épopée à la Tolkien. Il a écrit son grand œuvre. Il a livré au monde l’effrayante « Jupiter du système solaire de son imagination » (et Dieu sait qu’il en a). Sa saga est bien davantage qu’une quête et une opposition entre le bien et le mal : elle est un fourmillement de mondes et d’histoires, dont aucun film ne saurait réellement rendre compte.

Surtout, La Tour Sombre n’est pas seulement une saga d’aventure, une épopée de fantasy rédigée dans un style décidément inégalable. Stephen King a jeté ses tripes les plus personnelles dans la bataille : son œuvre est profondément sienne. Elle invite à une réflexion sur le pouvoir de l’écrivain, sur sa rencontre avec ses personnages et son attachement à eux. Preuve de cette volonté d’introspection : Stephen King ose se mettre lui-même en scène dans les derniers tomes, en écrivain perdu finalement sauvé… par l’un de ses personnages (symbolique, quand tu nous tiens…). Au passage, il n’hésite pas non plus à faire allusion à plusieurs de ses autres romans et à établir entre eux des connexions à travers son récit. Quel film saurait retracer une telle audace littéraire ?

Un mec qui vous annonce la fin et que vous lisez quand même… Possible au cinéma ?

Et puis, parlons sérieusement : King maîtrise comme personne l’art du flash-back. Mais un flash-back unique en son genre car lui aussi profondément littéraire. Et l’on parle d’un auteur capable de vous tenir en haleine, quand bien même il vous annonce d’entrée de jeu que le type que vous suivez pas à pas depuis trente pages va y rester… « A ce moment-là, il ne lui restait qu’une minute à vivre ». On pourrait se marrer. Se demander pour qui se prend ce con prétentieux d’écrivain qui vous lâche sa fin dès le début. Mais on ne se marre pas. On se précipite. Avide. Dévorant le texte à grandes bouchées pour savoir comment, comment tout va se terminer. Et Stephen King, lui, vous souffle à l’oreille : « Tu vois, tu me suis… Je te balance la fin et tu continues quand même… Alors, c’est qui le meilleur ? »

Sauf que… sauf que tous ces procédés qui font l’énorme richesse de La Tour Sombre ne donneront rien, absolument rien au cinéma. Une fois portée à l’écran, la saga sera ce qu’elle doit être : un film à grand spectacle. Mais pas un grand spectacle à la King. Du reste, il n’y a qu’à revoir quelques unes des adaptations cinématographiques faites de ses livres pour s’en convaincre. Le Fléau ? Sympathique… mais Randall Flagg ressemble tellement peu au mythique superméchant du roman… Ça ? Le clown horrifique fait son petit effet… mais là encore, on est loin, tellement loin de la terreur qu’il inspire dans le livre (« Bip bip Richy ! »). Shining ? Ah, c’est peut-être l’exception… mais Stephen King a lui-même estimé que la mythique adaptation signée Kubrick éludait nombre des thèmes qu’il aborde dans le livre (le père accro à l’alcool, les tristes perspectives de la classe moyenne américaine…).

Bref, pas de quoi se rassurer. On en jure par notre montre et notre billet (encore une fois, lisez le bouquin si vous ne comprenez pas !) : La Tour Sombre à l’écran, ce sera peut-être bien, ce sera peut-être géant, mais ce ne pourra pas vraiment être du King. King n’est vraiment lui-même que dans ses pages. Et puis, tiens, on allait l’oublier : la fin. LA fin. L’immense fin de la saga, arrivée en 2004 avec le septième tome. Comment est-ce que vous balancez une fin pareille au cinéma, hein ? Comment est-ce que vous montrez comment Roland… oups. Non, on ne va pas quand même pas vous la balancer ! N’est pas Stephen King qui veut, et on n’est pas sûr de pouvoir vous retenir en vous dévoilant d’entrée de jeu comment ça se termine. On va donc vous laisser attendre l’adaptation, si elle sort.

D’ici là, que vos journées soient longues et vos nuits plaisantes… et si vous avez lu le livre, vous me répondrez : « Le double du compte pour vous ». Même si vous n’êtes pas d’accord avec cette critique.

Crédit photo : ToxicMosaic / Flickr

____________________________________

D’autres critiques sur Retour d’actu.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos critiques and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to La Tour sombre au cinéma : pitié, pas ça !

  1. Mister Snoow says:

    Bonjour,
    N’étant pas tout à fait d’accord avec cet article je tiens a donner quelques autres exemples et explications (qui plairont ou pas).
    Effectivement les adaptation au cinéma nous plaise rarement. Un film ne peut souvent pas représenter une atmosphère, oublie des détails qui nous paraissent important et pire encore nous montre un personnage qui ne correspondait pas du tout au physique imaginé (comment ça il a une barbe ?) !
    Tout cela est normal, ce genre de film est en effet une adaptation, une fois que les droits sont obtenu, des scénaristes et le réalisateur vont s’enfermer et transformer le livre en scénario. Ils vont donner leur version, la faire partager et dévoiler comment ils s’imaginaient les personnage, les lieux, l’ambiance etc… Par exemple Harry Potter 4 ne suit pas tout à fait le livre, mais pour autant Alfonso Cuaron, nous livre une adaptation qui s’appui sur tous les détails qui l’a aimé. Il occulte ainsi des passages pour en rajouter des « à sa sauce ». Pareil pour Shinning cité dans l’article, Kubrick à donner sa vision. qui n’a pas enchantée King mais qui pour autant à fait flipper énormément de gens (dont moi) qui ont adoré. C’est un énorme travail et une prise de risque, qui n’est parfois pas justifié du tout (comme avec l’adaptation d’Eragon, où le mec a dû se lever de son lit en se disant que ça serait funky de rater son film).
    Cependant il existe d’autres types d’adaptations qui rendent tous le monde (ou presque) content. Et récemment il y a bien entendu Le trône de fer, adapté en série sous le nom de Game of thrones. Là il n’y a pas vraiment d’adaptation, puisque tout y est. Il y a parfois quelques explications occultés ou une scènes qui n’apparait pas, mais sinon en voyant les scènes, les lignes des romans nous reviennent en tête. Le travail est énorme que se soit avec les décors, les costumes, les chorégraphie de combats etc…
    Comme pour l’auteur de cet article quand j’ai su que cette série de romans serait adapté j’ai eu peur. Peur de voire mes livres cultes ridiculisés à l’écran, que rien ne rende comme je l’imaginais, que le Mur ne soit en fait un truc que de deux mètres de haut (les connaisseurs sauront de quoi je parle)… Mais non j’ai été surpris et très bien surpris !
    Je pense donc qu’il faut donner sa chance à l’adaptation. Si ça nous plait pas, on ne la retiens pas et on continue avec notre imaginaire. Mais si elle est bien, si elle nous renvoie à ce dont nous pensions, alors le film ou la série aura réussi son coup et sera un monument à voire dans le monde de l’audiovisuel mélangé à celui de l’écriture.

    • Ruddy V says:

      Ah le très cinéphile M. Snoow a encore frappé !

      Plus sérieusement, merci pour ce point de vue. Effectivement, le cinéma a davantage vocation à modifier et à transformer les sagas littéraires pour les adapter qu’à les reproduire exactement telles qu’elles ont été écrites. Mais en l’occurrence, je crains fortement que ce soit du grand spectacle et seulement du grand spectacle…

      Après, comme vous dites, ce n’est pas un drame même si c’est loupé. On aura en effet toujours la possibilité de retenir la version de Stephen King. Que je vous recommande vivement d’ailleurs. :)

  2. GreG says:

    Très bon article, même si je ne partage pas votre pessimisme :) En revanche j’aurais eu une préférence pour une adaptation uniquement en série.
    Wait and see… De toute façon le résultat n’effacera pas la qualité des livres à nos yeux :)

    • Ruddy V says:

      Oui, effectivement, le livre demeurera quoiqu’il advienne ! Cet article n’avait en fait pas vraiment pour but de dénigrer les adaptations TV ou ciné des livres. Certaines sont d’ailleurs très bonnes… C’est le cas de « Shining ». Seulement, l’âme du texte ne s’y retrouve pas toujours, loin de là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

21 788 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>