Got the Blues…

Barcelone rejoint in extremis Manchester United en finale de la Ligue des Champions, après un but égalisateur d’Iniesta. Mérité ?

Une minute et le sort bascule. Chelsea peut avoir le blues. Hier, les coéquipiers de Frank Lampard ont fait plus que frôler l’exploit : ils ont mis un pied à Rome. C’était sans compter sur un autre pied, celui de l’increvable Léo Messi, qui offrit à Iniesta la seule occasion dont le milieu de terrain blaugrana eut besoin, à quelques secondes de la fin d’un match fou. Frappe sèche, placée, presque sans force, et les portes de Rome se refermèrent devant des Blues assommés.

Le destin est d’autant plus cruel que les Barcelonais furent hier loin, très loin, de donner une leçon de football aux protégés de Guus Hiddink. Pas davantage qu’au match aller du Camp Nou, ils ne purent imposer leur redoutable jeu tout en pressing et en possession de balle. Pour une fois, la belle stratégie de Guardiola s’effilochait. En défendant haut, en ne laissant pas les espaces nécessaires aux feux follets de l’attaque catalane, en exploitant à fond toutes leurs possibilités de contre-attaquer, les Londoniens, tenaces et accrocheurs, avaient fait le boulot. Ils pouvaient y croire.

D’autant plus que Michaël Essien avait ouvert le score pour eux de la plus splendide des manières (une reprise de volée imparable dans la lucarne de Victor Valdès). D’autant plus que les Barcelonais n’avaient pas cadré une frappe en 90 minutes. D’autant plus que, devant, l’infatigable Didier Drogba tenait la baraque en usant le tandem Touré-Piqué. D’autant plus que, réduits à 10 après l’expulsion d’Éric Abidal, les coéquipiers de Thierry Henry -blessé et dans les gradins ce soir-là- ne semblaient pas en mesure de trouver la faille dans le bloc blue érigé devant les cages de Petr Cech. Et d’autant plus que cela avait été le cas pendant… 180 minutes.

Drogba, trop tôt…

Mais au football, le temps additionnel compte aussi. Et les erreurs se payent cash. Celle de Guus Hiddink fut probablement de faire sortir un Didier Drogba au sommet de sa forme. Économiser l’attaquant ivoirien pour la finale, soit. Encore fallait-il être sûr d’y parvenir. Et quand vingt minutes restent à jouer, même contre un Barça en manque d’inspiration et réduit à 10, le pire peut arriver. Le pire arriva. Guus Hiddink se mordra probablement les doigts de dépit.

Les Blues, eux, se maudiront certainement de n’avoir pas achevé l’ogre catalan quand celui-ci se trouvait à terre. Car, quand Drogba se présenta seul face à Valdès et perdit son duel contre le portier barcelonais, il manqua l’occasion de terrasser pour de bon une équipe qui avait jusque là balbutié son football sans pour autant complètement lâcher prise. Le tournant du match peut-être… Alors certes, on pourra épiloguer sur cette main de Piqué dans la surface, qui aurait dû se conclure par un penalty. Sans trop en vouloir à Tom Ovrebo, l’arbitre de ce match… Car Chelsea eut bel et bien l’occasion de durcir le score.

Mais à 1-0, avec la règle du but « compte double » à l’extérieur, tout restait jouable pour le FC Barcelone. Et Messi, qu’on avait connu plus en jambes, pouvait profiter d’un mauvais dégagement de la défense londonienne aux abords de la surface pour servir Iniesta et… on connaît la suite. Chelsea, hier soir, a été durement ramené sur terre tandis que le Barça a décroché in extremis son billet pour Rome. Mérité ? Sans doute pas entièrement, au vu de la prestation des Blaugrana sur ces deux matches. Mais comme les erreurs de tactique et les buts dans le temps additionnel, le hold-up fait partie du football. Et quand les bandits s’appellent Messi et Iniesta, on peut se prendre à rêver d’une grande finale.

Crédit Photo Franz Lacono Flickr

Pour en savoir plus : Chelsea / Barcelone vu par L’Equipe

Plus de chroniques sportives sur Retour d’actu

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos points de vue and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Got the Blues…

  1. Mehdi says:

    Effectivement, seule une équipe extraordinaire se sort de situations perdues d’avance. Guardiola a quand même du cul, à défaut d’avoir du nez, car son idée de faire descendre Yaya Tourré en défense centrale est la pire idée footballistique depuis celle de Puel de titulariser Keita:
    - Yaya Tourré est un milieu de terrain, il ne sais pas s’aligner correctement a passé 90 minutes à couvrir les hors jeux, face à une équipe qui, avec Drogba et Anelka, est la plus performante du monde sur les passes en profondeur, dans le dos de la défense.
    - La ligne du milieu Yaya touré-Iniesta-Xavi est la meilleure du monde, et sur ce match, elle avait l’avantage d’être la seule ligne à ne pas être touchée par les blessures et suspensions. Au lieu de la conserver telle quelle, Guardiola est allé mettre Iniesta à Gauche à la place de Henry (bléssé), et a privé le milieu de sa tour de Controle Yaya Tourré, qui assure au Barca son hégémonie dans la possession de balle, en empêchant les adversaires de passer le milieu de terrain, grace à un pressing haut.
    La meilleure solution à mon sens était de ttulariser Abidal en défense centrale avec Piqué, et de conserver le milieu xavi-touré iniesta, en plaçant le petit Bojan à gauche, à la place habituelle de Thierry Henry.

    Côté blues c’est pas bcp mieux. ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux même, n’en déplaise à un Didier Drogba furax à la fin du match contre l’arbitre, qui n’a pas eu match facile, avec pléthore de situations litigieuses, même au ralenti. Les blues disais-je, ont eu l’oportunité de mener au score, de se procurer des occasions que drogba et Anelka ont allégrement vandangées. La sortie de Drogaba est, dans cee contexte, complétement incompréhenible, surtout qu’elle intervient à plus de 20 minutes du coup de sifflet final. Si le barca avait égalisé à 1/4 d’heure de la fin, Hiddink se serait trouvé dans l’obligation de marquer avec uniquement Anelka, Lampard et Belleti pour animer les actions offensives. Dans un tel match, on ne devrait jamais se passer du meilleur attaquant du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

45 133 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>