Ministres polyvalents ou… incompétents ?

En France, un ministre peut passer du ministère de l’Économie à celui du Sport en un clin d’œil. Ont-ils tous les talents… ou doit-on voir là une preuve de l’inanité de leur métier ?

 

La plupart des Français l’ont constaté durant leur existence : leur pays est très cloisonné. Dans les domaines scolaire et professionnel, on est « in » ou « out ». Un matheux fera difficilement de la littérature ; ou alors, il lui faudra convaincre ses parents, ses professeurs, son conseiller d’orientation, qui l’inciteront plutôt à persister dans sa voie naturelle, car cela lui permettra de trouver plus facilement du boulot.

Comment se fait-il que, pour nos gouvernants, ces règles de bon sens soient totalement inexistantes ? Pourtant, on nous dit que le monde est de plus en plus complexe. Le rôle des ministres devrait en être d’autant plus valorisé ; les candidats aux responsabilités gouvernementales devraient, plus que jamais, être triés sur le volet,  en fonction de leur spécialité, de leur fidélité à un domaine et la connaissance de ses acteurs. On constatera que la plupart du temps, c’est l’inverse qui se passe.

Sciences Po et l’ENA mènent à tout. Si, tout.

L’exemple est frappant avec Rama Yade. Diplômée de l’IEP Paris, elle commence à la commission des affaires sociales du Sénat, avant de s’y occuper du problème de la décentralisation. A l’UMP, elle est nommée secrétaire nationale à la francophonie. En juin 2007, elle est chargée du secrétariat des Droits de l’homme, avant de passer au Sport deux ans plus tard. Moralité : en sortant de Sciences Po, en s’inscrivant à l’UMP, si on a une jolie frimousse et qu’on profite des atouts « femme » et « diversité », on est candidat à tout. Ou alors, au milieu de ces diplômes universitaires n’ayant plus aucune valeur sur le marché du travail, existe-t-il des accointances vous alignant à Bac + 5 au niveau méritoire de la Légion d’honneur ? Et vous donnant ainsi accès à n’importe laquelle des plus hautes responsabilités de la cinquième puissance mondiale ?

Bien sûr, on pourrait penser que Rama Yade a été d’autant plus propulsée à droite et à gauche que les postes qu’elle a occupés n’étaient pas au centre de l’attention (ce qui constituerait une étrange définition du mot « responsabilité d’État »). Mais des cas similaires d’hommes d’État, polyvalents jusqu’au génie, se trouvent à propos de postes beaucoup plus prestigieux et décisifs.

Ainsi, Éric Besson est lui aussi diplômé de Sciences Po Paris. Sous la présidence Sarkozy, il débute à l’évaluation des politiques publiques, hérite ensuite de l’Économie numérique, avant d’être nommé ministre de l’Immigration et de l’Identité Nationale. Deux ans après, il retrouve l’Économie numérique, mais obtient aussi l’Industrie et l’Énergie. À noter que Besson n’a pas fait l’ENA. Peut-être que les quelques mois qu’il a passés à la direction du magazine économique Challenges ont pesé lourd dans la balance au moment de sa désignation.

Autre exemple, Laurent Wauquiez, qui vient de passer trois ans à l’Emploi, est aujourd’hui secrétaire d’État aux Affaires européennes. Comment se consacrer sérieusement aux problèmes actuels, s’y confronter profondément, en sachant à l’avance qu’on y est de passage ?

Responsables, mais pas capables

Tout semble donc se passer comme si en France, on était responsable avant d’être expert, ministrable avant d’être crédible sur un secteur précis. Globalement et médiatiquement crédible avant de l’être techniquement. Le bon sens nous dirait ici que l’inverse serait plus logique : crédible donc médiatique (quelle naïveté que d’oser écrire encore cela).

Il y a bien sûr des exceptions, et on peut se réjouir de ce point de vue du maintien de Fillon (pour des raisons davantage politiciennes que politiques), de Lagarde (Économie) ou de Le Maire (Agriculture). Le quinquennat n’avait-il pas aussi comme but de conforter les gouvernements sur une période plus courte ? Habituer l’opinion publique et les responsables de tous bords au même visage, au même endroit, pour cinq ans ? Peut-être que tous le monde y gagnerait, dans l’optique de servir le pays.

Mais le fin mot de l’histoire est que la structure étatique française est divisée en deux couches : les ministres en surface, qui passent en se fondant sur l’identité médiatique qu’ils se sont choisie, la partie émergée de l’iceberg ; puis dessous, le monstre administratif et parlementaire, patrie d’hommes moins connus, souvent mieux sélectionnés, restant au service des mêmes causes, connaissant leurs dossiers de longue date. Pourquoi donc s’encombrer de ces fantoches, de ces marionnettes que semblent être, parfois, les ministres ?

Les « ministrables », vraie fausse élite

C’est l’une des conséquences de la spectularisation du milieu politique : il faut un ministre pour « porter le dossier », comme on dit, ce qui, de plus en plus, signifie : « passer à la télé pour répéter quinze fois des chiffres invérifiables par le quidam, qui finiront bien par convaincre une assez grande partie des spectateurs. » Il existe une fracture entre l’appareil législatif, sagement laborieux, et le temps médiatique mondialisé, présentisé, follement négligeant. Cette contradiction est l’une des causes de la déconnexion de plus en plus évidente qui existe entre gouvernants et gouvernés ; elle ne fait qu’empirer. Déconnexion également vérifiable par les différences des structures sociales qui régissent la vie de l’homme du commun et du politique ; dans les hautes sphères, l’aspect « réseau » est primordial, devant la compétence. Il s’agit d’être marqué et de fréquenter les bonnes personnes. C’est un peu le cas dans tous les corps de métiers ; mais il faut avouer qu’en la matière, les politiciens battent tous les records.

On devrait pourtant se poser de sérieuses questions sur le crédit quasi-illimité dont jouissent ceux qui sortent de l’ENA. Il suffit de voir à quel point l’État français est plutôt mal géré depuis des dizaines d’années, pour constater que ces gens, constituant soi-disant une élite, ne sont pas tellement plus intelligents, mesurés et courageux que n’importe qui.

Note (05/04/2011) : Lors d’une récente conférence, Michel Rocard a indirectement rendu hommage à Retour d’actu, en soutenant : « La politique a disparu parce que le système d’information a dérivé vers le spectacle. La démocratie représentative a fait place au sondage sur l’instant. […] Vous n’aurez plus jamais de ministre compétent sur votre sujet. » Il a juste oublié de citer ses sources !

Crédit photo : Aristide Robin / Flickr

D’autres points de vue sur Retour d’actu.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos points de vue and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

47470 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress