M le Maudit, à méditer

A une époque marquée par les affaires Polanski et Mitterrand, où le puritanisme revient en force, il serait bon de revoir l’œuvre de Fritz Lang, M le Maudit (1931).

L’intrigue de M le Maudit est simple. Elle raconte les méfaits et l’arrestation d’un des pires criminels qui soient, un tueur d’enfant, interprété par Peter Lorre – une des toutes meilleures performances d’acteur de l’histoire du cinéma. Fritz Lang profite de cette trame pour remettre progressivement en cause nos habitudes en terme de jugement moral.

La subtilité de l’intrigue vient du fait que dans le film, les recherches qu’effectuent la police pour identifier le criminel entravent les affaires des truands locaux, qui décident donc de prendre en charge la poursuite du criminel. Ils finissent par l’attraper et le jugent à la va-vite dans une cave. Durant la première partie du film, racontant la traque du meurtrier, Fritz Lang prend un malin plaisir à le filmer comme une victime (Hitchcock s’en souviendra peut-être en réalisant Psychose en 1960). Le spectateur a le cœur serré en voyant cet homme, pourtant un assassin de la pire espèce, maltraité par une foule de gens moins criminels que lui mais plus antipathiques et médiocres les uns que les autres. Sorti aujourd’hui, ce film causerait un de nos grands « débats publics », en ce qu’il humanise un être qu’il serait bien plus facile de juger comme étant « inhumain ».

Quand la frontière entre le bien et le mal se brouille

Au début du film, le mal est clairement associé à la figure de Frantz Becker (le tueur interprété par Lorre), mais plus le film avance et plus la barrière entre le bien et le mal se brouille. L’ambiguïté culmine quand le tueur, face à ses juges de pacotille, finit par prendre le dessus des échanges en leur expliquant qu’ils ne peuvent rien comprendre à l’obsession qui le ronge, qui lui commande de commettre des actes atroces. Alors qu’il se dit soumis à une terrible obligation due à un dérèglement psychique, les malfrats de tout bord n’auraient-ils pas, eux, les moyens de ne pas coopérer à des activités immorales ?

Ainsi, Lang déshabille un processus social bien observable, celui de l’amnistie générale de la plupart lorsqu’est désigné un mouton noir. L’avantage de pouvoir localiser en un seul type d’être le mal absolu, permet à tout le reste de la communauté de se déculpabiliser de ses mille petites indignités, moins voyantes, moins extrêmes, mais qu’on peut estimer condamnables (et qui précisément, sont beaucoup moins condamnées par la justice humaine). Ce principe est superbement symbolisé par le « M » que Frantz Becker se voit inscrit dans le dos par les gens qui le traquent : maudit par sa maladie, mais aussi maudit par la société. Dans ces deux cas, son être propre n’a pas droit à la parole. Il ne mérite qu’une lettre tracée dans son dos (donc de manière lâche, par derrière) indiquant qu’il est l’homme à abattre, l’ennemi de tous, la brebis galeuse, le sacrifié en faveur de la bienséance générale.

Au final, il en résulte que le grand criminel, étant une exception, doit rester une exception et ne doit certainement pas être jugé par les hommes du commun ; l’État doit le prendre en charge (conclusion concrétisée par l’arrivée de la police in extremis, à la fin du film, sauvant la vie du criminel qui aurait certainement fini lynché).

La foule est-elle aussi dangereuse qu’un criminel ?

Or, aujourd’hui, il semble que la sensibilité du corpus social soit tout autre : elle préfère au contraire fixer toute son attention sur les cas extrêmes, les cas particuliers, de manière à relativiser la bassesse de sa conduite générale. Frédéric Mitterrand et surtout Roman Polanski, qui sont pourtant loin d’être de grands criminels, ont été ainsi énormément attaqués (à tort ou à raison). Comme si la vie d’un homme n’était pas faite, quoi qu’on en dise, de moments de bassesse, de lâcheté, d’indignité.

Chacun d’entre nous, au fond de lui, le sait, mais aimerait ne pas le rendre public. Que cela reste son secret, pour préserver son image sociale… D’où son soulagement lorsqu’il peut stigmatiser, à travers une personne ou un groupe de personne, le mal absolu, se dédouanant ainsi de toute mauvaise conduite significative. Une attitude digne n’est pas celle qui légitime ce comportement.

Une grande culture accepte le fait qu’il y ait de tout dans l’homme, plutôt que de traquer avec zèle le moindre dépassement de ligne jaune en voulant à tout prix punir. C’est la voie aux pires débordements. Le message de Lang pourrait se résumer ainsi : une chose est au moins aussi atroce et méprisable que la folie meurtrière d’un homme, c’est celle de la foule, impossible à cerner, impossible à identifier, d’où sa dangerosité. Fritz Lang est aussi le réalisateur de Furie (1936), film sur le lynchage.

Les Assassins sont parmi nous

Il ne faut pas voir dans ces remarques l’encouragement à une permissivité excessive ; mais le fait est que l’équilibre représente la bonne voie, le juste milieu. Au contraire de l’excès, l’acharnement, la névrose, la rancœur, la jalousie. En d’autres termes, il faudrait ne rien vouloir à tout prix, même la condamnation d’un monstre.

En 1931, Fritz Lang voulait titrer ce film Les Assassins sont parmi nous. Les nazis ont refusé, on comprend bien pourquoi. Ils sentaient bien que ce film, profondément, accusait le type de société totalitaire qui se mettait en place. On peut s’inquiéter de voir pulluler aujourd’hui de telles tendances au lynchage (pour l’instant, seulement médiatique), au jugement hâtif, à la violence aveugle, aux préjugés malsains, aux raisonnements tout faits. Ce n’est pas aux citoyens de donner leur avis sur la condamnation ou non d’un autre, c’est à la Justice, qui chemine heureusement avec lenteur.

Mais ici, un président de la République parle un peu trop rapidement de « coupables », à propos du procès Clearstream. Là, un ministre de l’intérieur, au moindre fait-divers, se rend immédiatement sur les lieux pour annoncer devant les caméras que les « coupables seront retrouvés et punis ». Encore, une émission télé (Les Infiltrés) enquêtant sur les pédophiles opérant sur le Net décide de dévoiler les noms à la police (même si dans ce cas précis, on le comprend). Alors que quelques semaines après, dans le Sud de la France, un vieillard était tué par des voisins parce que des rumeurs le disaient un peu trop attiré par les enfants. Plus récemment, une mère de famille a coincé toute seule un internaute qui cherchait à abuser de son fils.

Un danger qui guette : la foule qui se fait justice toute seule

Ces comportements n’ont rien de si scandaleux, bien sûr. Mais ils semblent témoigner d’une tendance grandissante à vouloir punir le plus vite et sûrement possible un suspect, là où l’on supporte de moins en moins que la Justice, jugée trop lente et indulgente, ne chemine avec rigueur jusqu’au châtiment. Certainement qu’avoir recours à la délation pourrait avoir du bon. Certainement qu’on peut, dans certains cas, aider la Justice. Mais quelles en seront les limites ? Qui faudra-t-il croire ou ne pas croire, si chacun peut se faire justicier ?

Comme piqûre de rappel, souvenons-nous donc du criminel interprété par Peter Lorre, bouleversé, déballé du sac où il avait été trimbalé par les malfrats, hurler en se roulant par terre : « Vous n’avez pas le droit de me traiter comme ça ! » Notre époque, qui se dit humanitaire, est peut-être en train de perdre sa capacité à identifier et surtout comprendre ce qui est simplement humain, trop humain.

(Crédit photo : Flickr / Evil Preacher)

Davantage de critiques sur Retour d’actu.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos critiques and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

53181 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress