Affaire Agnès : vite, des coupables !

Les erreurs de jugement et les cas de récidive sont inévitables. Pourtant, dans l’affaire Agnès, on s’acharne à trouver des responsables : la Justice, la police, l’établissement scolaire…

 

Les plus rétros d’entre nous se souviennent peut-être de Graeme Allwright et de l’une de ses chansons : « Qui a tué Davy Moore ? Qui est responsable et pourquoi est-il mort ? » L’homme en question est un boxeur mort sur le ring. Les couplets passent en revue les coupables potentiels. L’arbitre qui n’a pas arrêté le match. La foule qui a réclamé le combat. L’adversaire qui a cogné trop fort. Alors, qui est responsable ?

Les mêmes couplets semblent défiler actuellement avec la médiatisation de l’affaire Agnès. COMMENT en est-on arrivé là ? QUI est responsable ? La Justice, qui n’a pas transmis les informations judiciaires nécessaires ? La police, qui n’a pas assuré correctement le suivi de la liberté conditionnelle du meurtrier présumé ? L’établissement, qui ne l’a pas mieux surveillé ? Les psys, qui l’on jugé apte à vivre hors de prison ?

Au milieu de ce battage, qui se conclut par une énième annonce de lois sécuritaires par un gouvernement racoleur et une réclame de centres fermés par l’opposition, on entend à peine la voix des parents d’Agnès. Qui disent simplement « ne pas réclamer la vengeance ». A se demander finalement qui tient tant à créer de nouveaux coupables dans cette affaire.

Rappelons les faits. Rien que les faits. Le meurtrier avait été jugé. Il avait bénéficié d’une liberté conditionnelle. Il a récidivé. Le reste n’est que détails. Dysfonctionnement. Mauvaise transmission d’information qui n’aurait peut-être même pas empêché le drame. Car à moins d’enfermer définitivement ou de tuer toute personne potentiellement déviante, comment s’assurer que de tels drames ne se produiront jamais ? Qui pourra jamais annoncer à coup sûr qu’une personne ayant commis un crime ne récidivera pas ?

Toute société doit nécessairement rechercher un équilibre entre la prévention et la répression, entre la protection collective et la réinsertion individuelle. Parfois, on juge mal. Trop ou pas assez sévèrement. Parfois, on se trompe. Plus ou moins lourdement. Chacun porte une part plus ou moins grande de responsabilité. C’est probablement le cas dans l’affaire Agnès. Mais vouloir absolument tout prévenir est une lubie. Une fausse utopie conduisant à un flicage massif qui ne suffirait encore pas. Pour rappel, même les États pratiquant la peine de mort n’ont pas éradiqué le crime et la délinquance. Et des pays aussi pacifiques que la Norvège peuvent avoir leur Breivik. Indétectables, insoupçonnables tant qu’ils ne sont pas passés à l’acte.

Promettre une surveillance et une pacification sociale absolue n’est tout simplement pas possible. N’importe quel gouvernement, n’importe quel juge et n’importe quel psy devrait être capable de le dire.

Crédit photo : InsideMyShell / Flickr

___________________________________

D’autres coups de gueule sur Retour d’actu.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos coups de gueule and tagged , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Affaire Agnès : vite, des coupables !

  1. le monde des partisans says:

    C’est flippant cette course à la perfection, au zéro faute, zéro dérapage… ça relève presque de l’eugénisme. M’enfin, au delà de cette mission impossible que s’est fixé le gouvernement, c’est l’instrumentalisation politique de ces faits-divers qui est écœurante. Derrière ces déclarations coup de poing, aucun respect pour les familles qui pourtant servent d’alibi à l’armada répressif. Plus grave, ce dégueulis de lois sécuritaires adoptées (ou du moins proposées) à chaud est aussi incohérent qu’inefficace.

    Par ailleurs :
    « Car à moins d’enfermer définitivement ou de tuer toute personne potentiellement déviante, comment s’assurer que de tels drames ne se produiront jamais ? Qui pourra jamais annoncer à coup sûr qu’une personne ayant commis un crime ne récidivera pas ? »
    Je pense que cette idée plairait à notre président, le même qui au cours de son face à face avec Onfray affirmait que la pédophilie était génétique. De là à couper les couilles ou la tête à tous les délinquants sexuels occasionnels par mesure de sûreté, il n’y a qu’un pas.
    http://www.philomag.com/article,dialogue,nicolas-sarkozy-et-michel-onfray-confidences-entre-ennemis,288.php

    • Ruddy V says:

      Bonsoir et merci de votre réaction.

      Oui, effectivement, c’est flippant de voir une telle instrumentalisation du drame et du fait-divers. Mais en l’occurrence, même si je suis loin de défendre le gouvernement, je trouve que l’opposition n’est pas très claire non plus. Elle réclame des « centres fermés »… Qu’est-ce à dire ? Qu’on enferme tous les « déviants » ? Tous ceux qui ont une chance plus ou moins grande de déraper ? (A ce moment-là, je peux me rendre dans l’un de ces centres tout de suite : qui sais quand je vais « déraper » moi-aussi… Après tout, ça n’a rien d’impossible !) Dans l’idée, on n’est pas si loin des discours de la majorité. On est même en plein dedans ! Si même la gauche ne parle plus de la nécessité de réinsertion, on en vraiment mal barré…

  2. Pingback: Victimisez-vous ! |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

55200 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress