Facebook vous condamne à la soirée à perpétuité

Facebook n’a pas révolutionné les relations humaines. Mais il établit à temps plein l’activité la plus populaire : parader en soirée.

Une scène de The Social Network, le film de David Fincher, résume bien le rôle de Facebook. En montage parallèle, on voit Mark Zuckerberg, créateur du réseau social, aligner des lignes de codes incompréhensibles sur son ordinateur pour créer Facesmash (« Défonce de visages »), première version du site. Pendant ce temps, non loin, se déroule une soirée VIP arrosée et sexy, où Mark regrette de n’avoir pas été invité ; une soirée remplie de jolies demoiselles ne demandant qu’à être « smashées », dans un autre sens du terme.

L’ambitieux Mark l’a vite compris, et sait comment il va prendre sa revanche ; si l’on tient les gens par leur goût immodéré pour la comédie sociale, ils se rendront à nous. Il n’est pas régulièrement invité à the place to be, eh bien il fera de Facebook the place to be à l’échelle mondiale. Toute la subtilité sera de faire de Facebook un réseau de rencontres déguisé ; réseau social apparemment objectif, mais en réalité axé sur la fascination mutuelle entre les sexes.

Derrière Facebook, il y aura toujours Facesmash

Car tout comme, dans la vie réelle, on s’adapte aux codes sociaux, n’en pensant pas moins que notre vie se joue dans tout ce qui n’est pas dit, derrière Facebook se cache toujours Facesmash ; le deus ex machina de Facebook reste l’intérêt platement épidermique et son cortège de fantasmatique. La plupart des utilisateurs l’ont intuitivement compris : ils peaufinent leur auto-portrait pour vendre du rêve au reste du monde. Facebook, au fond, est une fête virtuelle du célibat endurci. Bien sûr, aujourd’hui, l’outil est utilisé de plus en plus largement à travers divers domaines de la société (politique, culture, etc.), parfois heureusement, mais le noyau dur est là : se faire désirer, travailler son profil avec un narcissisme assumé, s’idéaliser. Attention : surtout, rien de trop honnête, rien de trop cruellement vrai sur Facebook (la preuve, un utilisateur ayant utilisé L’Origine du monde de Gustave Courbet comme photo de profil a été radié du réseau ; œuvre beaucoup trop lucide, cynique, désespérément vérifiable pour figurer sur Facebook. Par contre, que n’importe quelle nana d’un âge improbable puisse s’afficher en bikini ne pose aucun problème, c’est plutôt encouragé, dans le sens où ça pue le mensonge).

Non, il s’agit ici de faire de soi un parfait prototype de l’époque, équilibré, moral, parfois sérieux mais aussi déconneur quand il le faut… Se convaincre les uns et les autres qu’il est heureux d’être normal, et normal d’être heureux.

La soirée mondaine à perpétuité

Facebook, c’est la soirée mondaine perpétuelle. En 2011, 500 millions d’utilisateurs dans le monde y sont quotidiennement condamnés. L’ambiance y est la même que lors d’une fête, principalement du fait que les gens, comme on dit, osent se lâcher. Internet a ici certains effets comparables à ceux de l’alcool : on n’hésite plus à faire étalage de ses « dingueries », de sa petite folie sous contrôle. On y expose fièrement la diversité de ses points de vue, de ses amis. Nous qui sommes, dans la vie de tous les jours, plutôt dociles, discrets, peu assurés de nos qualités, nous n’hésitons pas à sélectionner soigneusement la photo de nous que nous préférons, l’aspect de notre personnalité que nous souhaiterions mettre en valeur, le tout sans rougir de honte. En face-à-face, on constatera vite que peu de gens correspondent au standing de leur profil Facebook, comme peu de gens sont à la hauteur de la première impression qu’ils nous ont laissés en société, ou de l’impression qu’ils font lors des parades nuptiales organisées que sont n’importe quel événement social.

L’autre élément entrant en ligne de compte pour expliquer la puissance de Facebook est aussi vieux que la société elle-même : donner l’impression à celui qui est seul qu’il est en train de rater les meilleurs moments de jouissance à plusieurs. D’où ces gens qui vous disent sans cesse : « Hier soir, c’était énorme, t’as loupé ça », alors qu’il y a 99 % des chances que la soirée dont ils vous parlent était tout ce qu’il y a de plus classique. A l’inverse, celui qui verra sur FB des photos d’une soirée où il était présent y verra la confirmation du fait qu’il y a passé un bon moment. Le réseau, de plus en plus, avalise les moments de vécu ; l’apparence devient le cachet de l’authenticité, « l’apparemment » l’emporte sur le « véritablement », le « concrètement ».

Prenez telles vacances, qui paraissent tellement géniales, quand on n’en voit que les photos sur Facebook ! Mais demandez un à un aux participants de ces vacances « géniales » de vous donner leur avis, de vous raconter ce qu’il s’y est passé : vous constaterez vite qu’il ne s’y est strictement rien passé d’extraordinaire, et que la plupart d’entre eux s’est tout simplement emmerdé (exemple vécu). D’où la débauche de moyens facebookiens pour faire croire aux internautes du monde entier qu’il s’y est passé quelque chose, qu’il y ont expérimenté le plus vif des bonheurs, et d’où les mille commentaires tous remplaçables des participants : « ct génial !!!! ça me mank :( « . Ce qui manque surtout, ce serait d’enfin prononcer une parole sensée.

Le fantasme, ce qui nous rassemble et fait qu’on se ressemble

Mais à quoi tient, au fond, cette impression que les choses se passeraient mieux lorsque l’on n’est pas là que lorsque l’on y est ? La société se nourrit du fantasme de la fusion sexuelle enfin réussie pour inciter les individus à se réunir. Écoutons Philippe Muray dans Le XIXème siècle à travers les âges : « Le rapport sexuel ne commence à exister vraiment que lorsqu’on s’en croit soi-même banni. Quand on n’est pas là pour vérifier une fois de plus qu’au fond il ne se passe pas grand-chose d’autre que ce à quoi on est habitué depuis toujours. »

Et que cherchent à éveiller en nous, consciemment ou non, ces millions de photos de soirées facebookiennes, ces bouches entrouvertes, ces sourires épanouis, ces rouges à lèvres flashy, ces photos de vacances si réussies, si ce n’est cette crédulité sexuelle qui nous murmure qu’avec un tel ou une telle, le rapport sexuel, l’union enfin fusionnelle, aura peut-être une saveur nouvelle, LA saveur salvatrice ? Où l’on pourra enfin dire, sans peur de se tromper : « Cette fois, c’est sûr, j’ai joui de la vie », à une époque où cela est devenu, plus qu’un conseil de vie, presque un ordre ?

Sur Facebook, chacun fait sa propre publicité

Muray continue : « La jouissance réellement indicible ne peut avoir lieu que si on n’y a pas participé, c’est automatique comme le retour des saisons ou la chute des corps… Origine de toutes les jalousies… Et de l’idée par conséquent qu’avec d’autres que vous ça marche, ça peut marcher, ça a formidablement et tout naturellement marché puisque vous n’étiez pas là…  »

Devant Facebook, on prend le risque de se sentir l’éternel « pas-là ». L’éternel trompé, l’éternel cocu, celui qui rate quelque chose, l’exclu, celui qui fantasme sans cesse sur ce qui se fait en son absence, en se disant que cela doit valoir le coup, puisque tout le monde s’y met, puisque tant de sourires en témoignent. Ainsi, chacun se sent toujours à la fois inclu et exclu des festivités générales, ce qui fait de la quête de la satisfaction suprême une quête sans fin. Facebook, en tant que société mondaine, est un labyrinthe surplombé par la satisfaction ; mais aucun de ses chemins n’y mène.

Les Célimène de FB, entourées de leurs courtisans

Bien sûr, il ne s’agit pas de dire qu’il y ait un désir conscient, de la part des femmes, de jouer aux filles faciles. Mais beaucoup d’entre elles tiennent à plaire, surtout en soirée, c’est comme ça (voir, par exemple, cette étude qui semble le confirmer, au besoin) ; même si elles ne ratent pas une occasion d’affirmer qu’elles se font belles « pour elles » – cette remarque ne tenant pas l’analyse.

Facebook, donc, c’est la vie elle-même transformée en soirée mondaine. Comment se structure une société mondaine ? Il suffit de relire n’importe quel Balzac pour se rappeler qu’elle est constituée de cercles de courtisans autour des  femmes les plus attirantes et influentes.

D’ailleurs, dans The Social Network, on se souvient que la soirée du début, déjà évoquée, termine par des parties de strip-poker et des câlins lesbiens. Les mâles restent spectateurs. Comme si finalement, en cherchant à attirer les hommes, il ne s’agissait pas tant de les satisfaire que de les faire fantasmer. Ah !, le piège immémorial tendu par l’espèce féminine, et le goût des hommes de venir s’y perdre. Du côté des hommes, il faut tirer. Du côté des femmes, il faut attirer. Les filles s’affichent, les hommes smashent.

Mais elles sentent bien, au fond, qu’elles tiennent tout ce petit monde tant qu’elles assurent le spectacle. Facebook, au fond, c’est un outil pour elles.

Facebook, ou du capitalisme en affection

FB constitue donc un renfort de poids à la société ensembliste qui travaille à cerner de près les singularités pour limiter leurs moyens d’expression particuliers. Qui déteste de plus en plus les particularités, et cherche à faire noyer toutes particularités sérieuses et engagées dans un flot ininterrompu de millions de petites particularités superficielles, sans lendemain ; avec comme dénominateur commun aplatissant, la fantasmatique sensuelle. Il faut être volage, facilement contenté, profiter moins des choses et des personnes que de leur réputation, leur image de marque, leur cote érotique.

Facebook, à l’instar de notre époque tout entière, veut noyer l’individu raisonnant, qui persiste dans son être, sous le nombre de quidams remplaçables. Rendons-nous à l’évidence : il est, il sera de plus en plus difficile de s’affirmer, de s’assumer en tant que singularité ; et de plus en plus facile, immédiat, de devenir une fiche d’identité approximative pour contacts épidermiques dont on peut imaginer qu’ils seront de plus en plus mimés.

Facebook, ou, pour reprendre la formule de Houellebecq, l’extension du domaine du capitalisme.

Crédit photo : noneck / Flickr

D’autres points de vue sur Retour d’actu.

En particulier, cet article sur la libération sexuelle qui n’a pas eu lieu, cette critique d’une pièce de Bernard-Marie Koltès, La Nuit juste avant les forêts, qui étudie à quel point la vie du quidam est balisée par des autorités planantes, invisibles, sans visage, ce papier concernant la servitude volontaire qu’on rend fun grâce à la technologie, ce coup de gueule contre la TNT, usine à bêtise financée en partie par le gouvernement, enfin cet article résumant les théories du psychanalyste allemand Wilhelm Reich sur la manipulation des masses.

Aussi, très bon papier du Monde sur la folie des autoportraits sur Internet.

Digg This
Reddit This
Stumble Now!
Buzz This
Vote on DZone
Share on Facebook
Bookmark this on Delicious
Kick It on DotNetKicks.com
Shout it
Share on LinkedIn
Bookmark this on Technorati
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)
This entry was posted in Nos points de vue and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Facebook vous condamne à la soirée à perpétuité

  1. Pingback: Cachez ces femmes nues que nous ne saurions voir |

  2. Pingback: L’appareil photo ? On ne veut plus le voir en peinture ! |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

23 684 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>